"Arbre Remarquable de France " ?

L'Association ARBRES adressait une lettre de Paris, le 15 juin 2002

"Monsieur le Président,

Par le biais de notre bulletin, nous avons informé les adhérents de l'association A.R.B.R.E.S du combat que vous meniez pour sauver le Tilleul

de Sully qui se trouve prés du cimetière du vieux village.

Nous envisageons de le classer " Arbre Remarquable de France " espérant que cette distinction tout à fait fondée vous aidera à le sauver.

Depuis deux ans nous attribuons ce label national à un certain nombre de villes et de villages qui entretiennent et soignent des Arbres Remarquables.

Un " Arbre Remarquable " l'est par son âge, ses dimensions, par l'événement historique qu'il rappelle ou la légende qui s'y rapporte.

Dans le cas du Tilleul de Saint-Martin-le-Vinoux, nous sommes embarrassés, nous demandant à qui proposer le label : à la Municipalité propriétaire de l'Arbre ou à votre association qui œuvre à sa préservation ?

Comptant sur votre proposition, nous vous adressons nos sincères salutations."

- Georges Feterman, Président de l'association ARBRES.

 

 

Réponse de l'association tilleul de Sully a ce classement posthume.

- Les photos d'archives, le veille de sa destruction dimanche 2O avril (journée des élections) prouvent que le "tilleul remarquable" était bien vigoureux, en feuilles et en fleurs sur 15 mètres de haut.

- L'association "tilleul de Sully" créée en octobre 2001, demandait aux élus de prodiguer des soins arboricoles pendant l'hiver pour cet arbre historique de 6 métres de circonférence (grace aux subventions du conseil général de L'Isère, un conseiller général avait même écrit au maire en octobre!).

Incompréhensible, la municipalité ont continué sa volonté de détruire ce patriarche végétal. Nous nous garderons en mémoire cette destruction programmée du patrimoine végétal et ethnologique car autour de la croix, c'était un lieu de pélerinage.

Il a fallu trois jours a des engins mécaniques pour réussir à pulvériser son tuteur en béton de 1881, puis a arracher son immense souche accrochée aux rochers de la Bastille. Un expert complaisant payé par la mairie affirmait qu'il était soit disant "dangereux et tomberait au moindre vent!

". Les témoins, les riverains savent à quel point cette duperie est dérisoire pour un arbre de 4 siècles dont l'observation des racines prouvait qu'il vivait bien alimenté par sa couronne comme tous les arbres anciens! (Ce qu'avait affirmé dés 2000 une experte renommée en arbre anciens venue l'expliquer au directeur du patrimoine, en lui fournissant des conseils sur l'entretien et la chirurgie arboricole). Le refus de l'entretien est une lente destruction volontaire, et ce printemps les bucherons de l'histoire ont achevé le plus vieil "être vivant de la

commune" .

Dans la région, "le tilleul remarquable de Réaumont" bien entretenu fête ses 600 ans!


La machine à remonter le temps des écrits d'une association jusqu'à octobre 2001

* Exposition "Tilleul de Sully de Saint Martin-le-Vinoux"

Invitation pour personne de tout âge. Création libre sans contrainte de technique artistique, de support et de format...photos, aquarelles, dessins, textes

Rendu: dernier samedi d'avril 2002.

Les créations réalistes ou imaginaires aideront à conserver la mémoire de ces ruines patrimoniales: tilleul et croix de mission qui ne sont pas encore "sanctualisés". Cet espace nature/culture représente tout un passé organique d'un être vivant âgé de quatre siècles d'histoires et de festivités des villageois. Leurs secrets perdus titillent notre regard scrutateur. Les oeuvres seront un hommage dédié à notre arbre à palabre oublié, mutilé. Dans l'avenir, elles laisseront des archives sensibles l'immortalisant et des écrits sortant de l'ombre un tilleul du XVIe siècle au troisième millénaire.

* Appel à projets 2002. Deux scénaris de survie

1) Le plus petit conservatoire naturel français: consacrer moins de 100m2 pour créer un observatoire du vieillissement d'un vénérable tilleul, mémoire de l'histoire locale depuis le XVIème siècle... Un signal du bord des routes en entrée du village de Saint-Martin et du parc régional naturel de Chartreuse pour le tourisme culturel.

2) Le maire et ses élus voudraient faire couper l'arbre en juin, s'ils osent décapiter ce patrimoine (sous des prétexte de sécurité routière), l'association souhaite que l'arbre de béton soit gardé avec sa date 1881, un mémorial de l'arbre fossile qui gardera mémoire de cet espace historique. Un arbre ancestral coupé est aussi grave qu'une bibliothèque qui brûle....

 
"un mémorial de l'arbre remarquable de 400 ans".

Nous recherchons des étudiants en histoire, architecture et espaces verts pour donner forme au projet ! Un sujet pluridisciplinaire entre patrimoine bâti, végétal et ethnologique (pour recueillir les témoignages des derniers témoins du respect pour un tilleul ancestral).

Catherine Tasca pour ses voeux de l'An 2002 au Ministère de la Culture

" La redécouverte de notre patrimoine européen et le soutien à la création serviront de socle à l'histoire commune que nous allons écrire".


* Exposition "Tilleul de Sully de Saint Martin-le-Vinoux"

Invitation pour personne de tout âge. Création libre sans contrainte de technique artistique, de support et de format...photos, aquarelles, dessins, textes

Rendu: dernier samedi d'avril 2002.

Les créations réalistes ou imaginaires aideront à conserver la mémoire de ces ruines patrimoniales: tilleul et croix de mission qui ne sont pas encore "sanctualisés". Cet espace nature/culture représente tout un passé organique d'un être vivant âgé de quatre siècles d'histoires et de festivités des villageois. Leurs secrets perdus titillent notre regard scrutateur. Les oeuvres seront un hommage dédié à notre arbre à palabre oublié, mutilé. Dans l'avenir, elles laisseront des archives sensibles l'immortalisant et des écrits sortant de l'ombre un tilleul du XVIe siècle au troisième millénaire.

* Appel à projets 2002. Deux scénaris de survie

1) Le plus petit conservatoire naturel français: consacrer moins de 100m2 pour créer un observatoire du vieillissement d'un vénérable tilleul, mémoire de l'histoire locale depuis le XVIème siècle... Un signal du bord des routes en entrée du village de Saint-Martin et du parc régional naturel de Chartreuse pour le tourisme culturel.

2) Le maire et ses élus voudraient faire couper l'arbre en juin, s'ils osent décapiter ce patrimoine (sous des prétexte de sécurité routière), l'association souhaite que l'arbre de béton soit gardé avec sa date 1881, un mémorial de l'arbre fossile qui gardera mémoire de cet espace historique. Un arbre ancestral coupé est aussi grave qu'une bibliothèque qui brûle....

 
"un mémorial de l'arbre remarquable de 400 ans".

Nous recherchons des étudiants en histoire, architecture et espaces verts pour donner forme au projet ! Un sujet pluridisciplinaire entre patrimoine bâti, végétal et ethnologique (pour recueillir les témoignages des derniers témoins du respect pour un tilleul ancestral).

Catherine Tasca pour ses voeux de l'An 2002 au Ministère de la Culture

" La redécouverte de notre patrimoine européen et le soutien à la création serviront de socle à l'histoire commune que nous allons écrire".


2 mars 2002: Rencontre N° 5: Un tilleul nichoir du Hibou de la Chartreuse ?

Aprés l'automne, le rude hiver du tilleul semble sonner le glas pour cet arbre remarquable. Les riverains et vingt associations patrimoniales déplorent qu'on efface intentionnellement les derniers témoins silencieux de notre histoire, le plus ancien vestige végétal du Grand Grenoble. Son vieillissement naturel a été accéléré par des compresseurs et du bitume, des coupes abusives de branches charpentières, et des entailles à sa base, la canalisation du ruisseau qui l'hydratait...

Pourtant notre département est à la pointe de la valorisation du patrimoine voir (convention Ministère de la culture Mme Tasca et M. Vallini, pour la Conservation du Patrimoine de l'Isère). De nos jours, on ne détruit plus une tour en ruine, un patrimoine du XVIème, alors pourquoi raser ce site historique? Il ne reste que six tilleuls dit "de Sully" en Isère aussi il serait tout en notre honneur de le conserver correctement, créer un petit "observatoire du vieillissement de l'arbre ancestral".

L'association du tilleul historique, demandait de soigner cet arbre pendant l'hiver et valoriser ses abords dont la croix de procession. Une élue des travaux, le 1O décembre a reçu le président de notre association, en vain. En 2000, en 2001, la municipalité n'a fait que gagner du temps, sans déposer les demandes de subventions pour les travaux arboricoles qui ne peuvent se faire que l'hiver. Tant que l'arbre historique ne sera pas coupé, les citoyens parleront librement et chercheront des solutions pour respecter et valoriser cet espace qui est un bien de la communauté. L'expression "pratiquer la langue de bois" s'observe dans cette commune où le maire ne reçoit toujours pas directement les représentants de l'association pour parler de vive voix de ses "décisions définitives" datant de fin décembre. Concertation et information sur ses projets urbanistiques semblent n'être que paroles électorales, par exemple il n'y a aucun article Tilleul dans le journal municipal En Bref, pourtant financé par les contribuables de cette commune. (Voir article associatif, dans en Bref datant de 1991! Dix ans de passivité plus tard, le constat de destruction volontaire du patrimoine s'est aggravé). Des courriers officiels d'associations et de particuliers, adressés directement en mairie ne reçoivent toujours pas de réponse, comme notre lettre ouverte adressée à tous les élus le 17 octobre 2001...
Le mémorial du tilleul de Saint Martin sous la neige de janvier 2002, Rencontre N° 3

Le plus petit conservatoire français du patrimoine végétal pourrait être mieux soutenu par les pouvoirs publics et les habitants riverains. Nous voulons des projets d'aménagement du site du tilleul et du reposoir. Des rejets poussent sur le terrain limitrophe et montre sa vivacité racinaire. Il y a de quoi le cloner. les enfants des écoles pourraient planter ses graines dans un jardin pédagogique...

Incroyable survivance d'un tilleul savoyard. Le Lyaud, prés du lac Léman et de Cervens, sur la commune un tilleul multi-centenaire est en ruine. Par volonté municipale et des habitants, il est soigneusement conservé comme un observatoire du vieillissement de la nature, de ses racines repoussent ses rejets bien vigoureux. Bien sur, une zone non- aedificandi est réglementée et les personnes l'observent à distance pour ne pas piétiner inutilement ses racines. Sa renaissance est surveillé par l'expert forestier Marc Cisson.

Cette leçon de survie éducative pour les scolaires peut être un pôle attractif pour le tourisme culturel. Un espace de mémoire collective, de méditation pour certains.

Nous recherchons des experts et des témoignages en arbres anciens. Pour des questions très techniques: à la base, le tronc a été blessé par les compresseurs du bitume en 1993. En mars 2000 un blocage de ciment a été posé sans baume cicatrisant, et de façon fulgurante derrière, une poche se développe, agrandit par les forages des techniciens de l'ONF. Comment ne pas s'étonner de la rapidité du développement de ce trou au raz du sol? Les jardiniers s'interrogent et les commentaires se répandent sur l'usage possible de versement de chlorate de soude ou autres alchimies pour détruire plus rapidement les souches... Il faudrait payer une analyse de laboratoire pour identifier s'il y a rumeur ou malfaisance en voulant accélérer la destruction de l'arbre symbole?


 Décembre 2001: Au troisième millénaire, une" Hache de Damoclés" menace 4 siècles d'histoires

Le compte-à-rebours s'aggrave. Comment en une saison d'hiver essayer de sauver un arbre de quatre siècles? Le maire de Saint-Martin-le-Vinoux, écrit qu'il prend une "décision définitive le 29 décembre 2001. Il a demandé un rapport de sécurité à l'ONF, peut-être pour justifier de n'avoir pas déposé des demandes de subvention pour le restaurer ? En décembre, nous lui avons transmis deux devis de contre-expertises d'ingénieurs agronomes: madame Bouvery de Montélimar et Marc Cisson d'Annecy. Pourquoi la mairie ne leur passe pas de bon de commande en direct? Selon les élus, à notre association de financer la qualité d'un expert en arbre ancien et leur déplacement! curieuse fin de non-recevoir des conseils avertis, alors que cet espace historique à valoriser appartient à tous et que toutes les solutions devraient être sérieusement étudiées, si la concertation existait réellement.

Sur notre livre carnet de bord, notons que les services techniques ont enfin protégé le tour du tronc avec du plastic signalétique orange. Mais curieusement on laisse bien le passage aux voitures qui tournent autour en descendant du chemin gravillonné des Fauvettes. Les traces de pneus dans la neige montrent l'emprise au sol des roues. Derniers jours de décembre, par téléphone le président de l'association et le directeur du patrimoine de la mairie ont échangés leurs positions de sauvegarde d'un arbre d'un coté et de respect des décisions des élus de l'autre. Quant l'équipe municipale acceptera une réunion publique de travail sur le patrimoine historique à Saint-Martin-le-Vinoux ?


Bilan rencontre du samedi 1er décembre 2001. Rencontre N° 2

Sous l'arbre se sont retrouvés (en buvant de l'aubier de tilleul) des habitants, membres d'associations et deux avocats: l'un de St-Martin-le-Vinoux Jean Pierre Joseph et l'autre de Saint-Egrève Jean Balllestas. Dans la bonne humeur, les riverains avaient le sourire car jadis, on rendait la justice sous cet arbre au XVIesiècle... 

Chronique d'une mort végétale annoncée

Ce vénérable tilleul est le plus ancien être vivant depuis quatre siècle en entrée du village de Saint Martin. Les riverains comprennent mieux pourquoi depuis une décennie les maires successifs semblaient en apparence d'accord que ce témoin de l'histoire de Saint-Martin-le-Vinoux soit un bien de la communauté ayant des qualités historiques et ethnologiques. Mais concrètement, rien n'était fait pour l'entretenir. Au lieu de le respecter et lui prodiguer des soins arboricoles, des branches charpentières furent coupées pour laisser passer des câbles électriques. Puis on canalisa le ruisseau qui l'abreuvait. Pire maltraitance, en 1993 les services techniques ont nivelé avec leurs engins les racines, les comprimant mécaniquement pour étendre du goudron en agrandissant la rue et créant ainsi une asphyxie racinaire ou deux dérisoires places de parking contre l'ancienne croix de mission.

Lors de leur rendez-vous mensuel chaque premier samedi du mois, les habitants et l'association tilleul de Sully ont enquêté: à qui profite le crime de lèse majesté Tilleul? Le plan d'aménagement du haut du village motive ce besoin disproportionné d'élargissement de la voirie. Des promoteurs ont programmé un nouveau lotissement "les terrasses de Saint Martin", (annoncé en comité de quartier village par le maire le 26 novembre), villas juste au-dessus du cimetière. De zone inconstructible: chute des rochers du Mont Jalla, le POS aurait changé? Le chemin des fauvettes commence en passant sur les racines du tilleul ancestral, pour desservir ce surplus d'habitants motorisés. Deux voisins de "l'arbre remarquable", ralentissent ce zèle de goudronnage en refusant de vendre une bande de trois mètres de leurs terrains depuis plusieurs années (pour faire passer les camions de chantier). Le ruisseau a été canalisé pour agrandir le passage. Ce qui pourrait être un chemin de randonnée pédestre dans le parc naturel régional de Chartreuse, (normalement interdit de passage aux voitures), semblerait n'être qu'un maillon dans un plan avancé de transit voitures dans le haut de la commune.

Tout arbre péri un jour de vieillissement, notre tilleul a un âge estimé de 400 ans et 6 mètres de circonférence, mais sans ces agressions sur ses racines, il pouvait avoir une espérance de vie de 600 ans comme celui de Réaumont, (500 ans à Corbelin). Cette dernière décennie, de manque d'entretien volontaire en maltraitances avec des ordres de couper à la sauvette en période électorale des branches charpentières sans les accompagner de lutte contre les insectes, tout contribue à accélérer son déclin. Les refus d'une concertation directe avec les habitants et les associations demandant des soins arboricoles pour cet "arbre mémorial du XVIème siècle", ne pas suivre les recommandations d'experts en arbres anciens, tout fait comprendre à quel point l'importance de la connaissance et de la mémoire collective sont niés au profit de l'urbanisation sur les contreforts de la Bastille.

Déjà l'ancienne mairie qui était la dernière bâtisse du XVIe siècle selon les archives, a été vendue cette année. Jusqu'à la dernière guerre, les processions et les enfants en sortant de la place de l'église montaient en chantant jeter des pétales de roses sur le tilleul vénérable et le reposoir était orné de grands bouquets de fleurs. C'était un lieu de rencontre pour toutes les cérémonies de la communauté villageoise depuis le XVIe siècle. De tradition orale, le tilleul avait été planté sur l'ordre national de Maximilien de Béthune, duc de Sully, sous Henry IV.

Avec le comité de parrainage constitué de 20 associations du patrimoine bâti et végétal, nous demandions des soins arboricoles cet hiver. Malgré une lettre de monsieur Serge Revel, conseiller général à l'environnement et au tourisme le 22 octobre, comme riposte, lea mairie a commandé une expertise en novembre pour justifier sa destruction pour des questions de sécurité routière bien évidemment! (L'élue à l'urbanisme a commandée à une connaissance personnelle de l'ONF, un rapport parapluie pour les assurances). Incohérence: si cet arbre était réellement dangereux, pourquoi la mairie n'a t'elle toujours pas posé de barrières de sécurité pour les voitures et les passants, ce que nous demandons depuis des années?


Paroles d'experts 12.2001

Le 12 septembre 2000, madame Bourgery une ingénieur agronome, expert agréée, spécialiste des arbres anciens s'était déjà déplacée de Montélimar pour donner des conseils à l'élu et Monsieur Charrel directeur du patrimoine, services techniques de Saint-Martin-le-Vinoux. Elle est conseillée par le CAUE et les services espaces verts de la Ville de Grenoble. Visiblement, la mairie n'avait pas donné suite à ses conseils pourtant urgents étant donné l'état sanitaire de l'arbe mutilé, ni à son devis pour sauver l'arbre. Son dossier étrangement a même disparu des dossiers municipaux, pourquoi?

  1. - Vendredi 28 novembre, l'association Tilleul renvoit par mail en mairie le dossier de Madame Bouvery: experte (daté du12.7. 2000). D'autres experts internationaux réputés sont également contactés: William Moore: Périgeux, et Marc Cossin de Talloires 74 qui a envoyé également un devis transmis en mairie le 14 décembre 2001. 

Texte d'archive associative

Samedi 3 novembre 2001 : Rencontre N° 1 autour du Tilleul

Tilleul de Sully, surintendant des finances d'Henry IV au XVIème siècle

Un vénérable tilleul de plus de 400 ans décline près du cimetière, au-dessus de l'église de Saint Martin. Selon la tradition orale, cet "arbre remarquable" est un grand tilleul séculaire, dont âge est estimé à 400 ans. Sa circonférence a été mesurée: 6 mètres. Son coeur est en béton depuis 1881. Aucun entretien municipal n'est programmé, des agressions pose du goudron en 1993, parkings, passage de voitures chemin des fauvettes, le détruisent en toute connaissance de cause des élus.

Nous pouvons restaurer cet arbre remarquable et valoriser ses abords comprenant une croix de procession où jadis les enfants lançaient en chantant des pétales de roses en mai.

Bienvenue pour toute personne ayant des photographies anciennes ou des témoignages

Cet "arbre remarquable" est malheureusement gravement mutilé, il ne reste qu'un tiers de son branchage qui domine à environ 15 mètres de haut.

Malgré les demandes répétées aux élus depuis plus d'une décennie, aucun soin arboricole ne lui est prodigué. Pire maltraitance, en 1993 lors de l'inauguration de la maison de retraite voisine, la route fut goudronnée et l'arbre de quatre siècles encerclé de macadam comprimant ses racines, ce qui le prive d'alimentation en eau de pluie surtout l'été.

Pour deux dérisoires places de parking, les riverains le voient décliner à vue d'œil. Habitants et associations tirent la sonnette d'alarme à l'adresse des pouvoirs publics.

En entrée du Parc Régional de Chartreuse

en urgence, selon les devis de spécialistes arboricoles, il faut des soins en période hivernale

pour sauver ce patriarche végétal au cœur de béton posé comme tuteur depuis 1881.

 

Cet arbre représente la mémoire locale la plus ancienne de cette commune et se meurt dans une apparente indifférence. Dans son ombre, un reposoir avec une croix servait de lieux de procession. Les anciens du pays racontent lorsqu'ils étaient enfants en chantant, ils lançaient des pétales de rose pendant les processions la Fête-Dieu en mai. C'était un lieu de rencontre pour toutes les cérémonies de la communauté villageoise depuis le XVIe siècle. De tradition orale, il avait été planté selon la recommandation faite à chaque village de France par Maximilien de Béthune, duc de Sully, sous Henry IV. (Souvenirs scolaires: 'l'agriculture et l'élevage sont les deux mamelles de la France", La poule-au-pot le dimanche...)

A l'origine ce tilleul marquait l'ancien chemin d'entrée du village de Saint Martin. Les voyageurs arrivaient de Grenoble par la montée Chalemont. Les contreforts de la Bastille tombaient coté Porte de France, dans les méandres des flots tumultueux de la rivière Isère. Les célèbres vignobles du chapitre Saint André, bénéficiaient du micro climat spécifique aux côteaux du Mont Jalla, appelés le "Petit Nice".

Pour sa sauvegarde, les statuts de l'association "Tilleul de Sully de Saint-Martin-le-Vinoux" viennent d'être déposés cette semaine en Préfecture par son président, Didier Perrin-Terrin et un site internet crée.

Un comité de parrainage se constitue avec déjà la solidarité de 16 associations nationales, régionales et locales qui œuvrent pour la protection du patrimoine bâti et végétal.

Le samedi 3 novembre tous les sauveteurs, les jeunes de l'association Concordia, la Fédération Rhône-Alpes de la Nature, la Casamaures, le comité de quartier Village ont mesuré sa circonférence exceptionnelle: 6 mètres. C'est le troisième tilleul en tour de taille du département de L'Isère, après ceux de Réaumont, de 600 ans et Corbelin de 500 ans. Il ne reste que cinq autres tilleuls multi centenaires, St Aupre, Cognin les Georges, Chimilin, Notre Dame de commiers, Optevoz. Ce sont des observatoires du vieillissement de la nature.

Le Conseil général de L'Isère donne des subventions pour entretenir les espaces naturels sensibles. La Direction régionale de l'Environnement s'engage aussi, mais les institutions attendent à ce jour, une décision du conseil municipal, une lettre officielle de demande d'aide que seuls les élus peuvent rédiger, jointe à des devis.


Quelques citations qui posent questions ?

- Texte pavillon Yougoslave du bois exposition internationale de 1937. "Homme"
Je suis la chaleur de ton foyer par les nuits froides de l'hiver,
L'ombrage ami lorsque le soleil brûle l'été.
Je suis la charpente de ta maison, la planche de ta table.
Je suis le lit dans lequel tu dors,
Et le bois dont tu fais tes navires.
Je suis le bois de ton berceau et ce ton cercueil.
Je suis le pain de ta bonté, la fleur de la beauté,
Ecoute ma prière, ne me détruis pas"
 
- " Pas de développement vrai si on ne connais pas la valeur des choses ". André Malraux .
 
- Quel est le sage qui a écrit cette vérité?
"Pour vaincre la barbarie, il n'y a que la connaissance et la mémoire..."